Tenez-vous bien en selle, on reprend notre série De l’adaptation à l’action! Notre article précédent portait sur les distinctions entre le basketball debout et en fauteuil roulant. Cette fois, nous vous présentons les transformations rendant le cyclisme accessible. Que ce soit pour le plaisir ou pour l’effort physique, le paracyclisme est une bonne activité pour se garder actif!

Des différences simples rendent le sport accessible au niveau compétitif. Certaines disciplines sont les mêmes que pour les compétitions non adaptées et c’est le vélo qui permet l’accessibilité du sport. Il peut être adapté pour des limitations physiques ou visuelles. La classification des athlètes accorde aussi une plus grande égalité des chances lors des compétitions.

 

Les disciplines

Les cyclistes ont la possibilité d’évoluer à travers diverses disciplines. 2 d’entre elles s’adaptent pour permettre la participation des athlètes ayant une limitation fonctionnelle : la route et la piste. Les épreuves sur route sont présentées aux Jeux paralympiques depuis 1984. La Canadienne Leslie Lord avait alors remporté la seule compétition féminine au programme. Son coéquipier masculin, Dean Dwyer, avait quant à lui décroché l’argent dans les deux courses de sa division. De nos jours, les paracyclistes prennent part à des courses en ligne, en contre-la-montre, ou en relais.

Les compétitions sur piste sont introduites au programme paralympique 12 années après celles sur route, à Atlanta. À ces Jeux, le Canada a remporté 7 médailles, dont 3 d’or sur route. La Québécoise Julie Cournoyer remporte les 2 premières médailles paralympiques canadiennes sur piste. À l’instar des cyclistes, les paracyclistes s’affrontent au vélodrome notamment à la poursuite, au contre-la-montre, ou encore au scratch.

 

La classification des athlètes

Comme c’est le cas pour d’autres sports adaptés, on se base sur les capacités des paracyclistes pour déterminer leur catégorie. 4 classes sont établies pour assurer l’accessibilité de la compétition qui sont ensuite divisées jusqu’à 5 catégories selon la sévérité des limitations des participants.

D’abord, les athlètes paraplégiques, tétraplégiques, ou dans certains cas amputés, sont inclus dans la classe H (handbike). Le double médaillé paralympique des Jeux de Rio et participant du dernier Défi sportif AlterGo Charles Moreau fait partie de cette division, chez les H3.

Les paracyclistes ayant une limitation physique due à une blessure cérébrale sont de la division T (tricycle).

Les athlètes qui ont une limitation visuelle prennent part aux compétitions de la division B (blind).

Enfin, les paracyclistes ayant une autre limitation physique ou une blessure cérébrale légère sont inclus dans la division C. C’est le cas d’une habituée du Défi sportif AlterGo, Marie-Claude Molnar, qui a été en action toute sa carrière chez les C4.

 

Les vélos

La classification des athlètes a une incidence sur le vélo utilisé. Comme il y a 4 classes, il y a 4 types de vélos.

Les cyclistes de la division C se servent de bicyclettes avec ou sans adaptation.

Ceux de la division B utilisent des vélos en tandem. Pour pallier leur limitation visuelle, ils sont accompagnés d’une personne guide non handicapée qui les oriente.

Un duo tandem de paracyclisme est sur la piste du Parc Jean-Drapeau lors du Défi sportif AlterGo 2022.

Des tricycles permettent aux athlètes de la division T de pratiquer le vélo malgré des limitations liées à l’équilibre ou à la coordination.

Les cyclistes de la division H, ne pouvant pédaler avec leurs jambes, utilisent des vélos à main pour prendre part aux courses. Ils sont donc couchés ou à genou dans le vélo, et ils contrôlent la poussée et la direction avec leurs bras.

Un paracycliste sur un vélo à main prend part à une course lors du Défi sportif AlterGo.

La science, toujours en évolution, permet de développer des vélos de plus en plus sophistiqués. Par exemple, un vélo muni de capteurs a été conçu pour permettre à un cycliste aveugle de courir seul sur une piste.

 

Le Canada s’illustre à l’international

Lors des compétitions paralympiques, certaines nations s’imposent en tant que puissances de la discipline. L’Australie, les États-Unis, la Grande-Bretagne et l’Allemagne sont les pays qui ont récolté le plus de médailles depuis l’introduction du parasport en 1984. Le Canada tire tout de même son épingle du jeu, remportant une médaille à chaque édition mis à part en 2004. Aux plus récents Jeux paralympiques, Tristen Chernove et Kate O’Brien ont obtenu une médaille d’argent chacun dans le vélodrome.

Outre les performances de ces athlètes sur piste, l’un des paracyclistes canadiens les plus marquants est sans contredit Gary Longhi. Il est le premier Québécois à prendre part aux tournois paralympiques en 1986. C’est toutefois en 1996 qu’il s’illustre, remportant la médaille d’or au contre-la-montre. Ses performances lui ont valu une intronisation au Temple de la renommée du cyclisme canadien. D’ailleurs, il est le premier paracycliste à recevoir cet honneur.

 

Le paracyclisme au Défi sportif AlterGo

Dans sa programmation, le Défi sportif AlterGo a la chance d’accueillir le Challenge Gary-Longhi au circuit Gilles-Villeneuve! Pour l’occasion, les paracyclistes prennent part à des épreuves de contre-la-montre et des courses sur route. Pour les athlètes, cette compétition constitue une occasion d’obtenir des points au classement mondial et est souvent l’une des premières courses extérieures de leur saison.

Le cyclisme et son équivalent adapté occupent une place importante au Défi sportif AlterGo. En plus de tenir des courses lors de l’événement, le sport contribue au développement de l’organisation. Dans le cadre du Tour cycliste en collaboration avec les solutions One Sky, les policiers du SPVM parcourent les routes du Québec à vélo. Accompagnés du paracycliste Patrick Desnoyers, ils amassent de l’argent pour le volet scolaire du plus grand événement multisport annuel au Canada. En 2022, ils ont dépassé leur objectif de 80 000 $! Ça promet pour cette année, qui marquera la 10e année d’association entre le Défi sportif et le Tour du SPVM!

Deux cycliste, dont le paracycliste Patrick Desnoyers, prennent part au Tour cycliste des policiers du SPVM en collaboration avec les Solutions One Sky.

Sources

https://fqsc.net/

https://paralympique.ca/

https://fr.uci.org/

https://www.cyclismecanada.ca/

https://www.paralympic.org/